TABLE RONDE COLÈRE ET ESPOIR

Le 14/10/2022
Les printemps arabes, nés en 2011 et porteurs d’espoirs pour la jeunesse des pays du Maghreb et du Moyen-Orient, se révélèrent souvent ceux des illusions perdues face à des régimes autoritaires. Moins de dix ans plus tard, la contestation reprend dans plusieurs pays, notamment en Algérie avec le «¿Hirak¿», mouvement de protestation pacifique. Le film Nardjes A. illustre parfaitement les frustrations et les aspirations d’une jeunesse algérienne éprise de liberté. Ce documentaire engagé, mis en œuvre avec un filmage minimaliste, prouve que les cinémas arabes peuvent désormais rendre compte des réalités sociales et politiques. En Tunisie, en Égypte,au Liban ou ailleurs, il y a toujours un œil cinématographique pour informer et nommer l’innommable… En présence de Khedidja Zerouali, journaliste à Mediapart, Nadia Meflah, journaliste membre du Syndicat Français de la Critique de Cinéma, Richard Djoudji, producteur du film Nardjes A
-
The Arab Spring, born in 2011 and bringing hopes for the youth of the Maghreb and the Middle East, often turned out to be a time of lost illusions in the face of authoritarian regimes. Less than ten years later, protests have resumed in several countries, notably in Algeria with the "¿Hirak¿", a peaceful protest movement. The film Nardjes A. perfectly illustrates the frustrations and aspirations of Algerian youth in search of freedom. This committed documentary, produced with minimalist filming, proves that Arab cinemas can now report on social and political realities. In Tunisia, Egypt, Lebanon or elsewhere, there is always a cinematographic eye to inform and name the unspeakable.. In the presence of Khedidja Zerouali, journalist at Mediapart, Nadia Meflah, journalist member of the French Union of Film Critics, Richard Djoudji, producer of the film Nardjes A
2 rue de Touraine, 57290 Fameck
TABLE RONDE COLÈRE ET ESPOIR
Freepik