Nuit du cirque – Blanc

Le 11/11/2022
Quand Sébastien Wojdan se déclare hypocondriaque, sa crainte de la maladie résonne avec l’angoisse de la page blanche. Pour dépasser la sentence, il décide d’en rire avec le spectateur intronisé complice. Toujours en quête d’un état proche de la transe, Sébastien Wojdan avait déjà exploré les limites dans l’irrésistible Marathon, crée en 2013. Le point de départ ici : une hypocondrie auto-assumée à l’âge de 30 ans lui permet d’explorer la notion de blocages et de peurs intimes. L’angoisse de la page blanche ? Traduite en volume par une scénographie volontiers dépouillée, elle relègue l’artiste au rang de rat de laboratoire dans une cage immaculée. Le spectateur intrusif guette les circonvolutions de l’artiste pour s’en sortir, piégé au milieu de quelques cartons et au pied d’un mur en lambeaux : qu’est-ce qui nous écrase ? Quels jugements avons-nous intériorisés au point de nous censurer, à l’aune de quels critères acceptons-nous d’être jugés ? Le goût du jeu n’est jamais loin chez l’artiste, et il s’amuse aussi à se – nous ? – faire peur. La performance flirte toujours avec le risque. Pas impossible qu’on en ressorte… essoré de trouille, blanc comme un linge.

When Sébastien Wojdan declares himself a hypochondriac, his fear of illness resonates with the anguish of the blank page. To overcome the sentence, he decides to laugh about it with the spectator, who has become his accomplice. Always in search of a state close to trance, Sébastien Wojdan had already explored the limits in the irresistible Marathon, created in 2013. The starting point here: a self-assumed hypochondria at the age of 30 allows him to explore the notion of blockages and intimate fears. The anguish of the blank page? Translated into volume by a voluntarily stripped scenography, it relegates the artist to the rank of laboratory rat in an immaculate cage. The intrusive spectator watches for the artist's convolutions to get out of it, trapped in the middle of some boxes and at the foot of a tattered wall: what crushes us? What judgments have we internalized to the point of censoring ourselves, by what criteria do we accept to be judged? The taste of the game is never far from the artist, and he also has fun to scare himself - us? - to scare himself - us? The performance always flirts with risk. It is not impossible that we come out of it... wrung out with fear, white as a sheet.
Carré Magique, 22300 Lannion
Nuit du cirque - Blanc